Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Pour Me Joindre...

  • : Capture de regard
  • Capture de regard
  • : Des photos parce que j'aime ça, des commentaires intempestifs, parce que je ne peux vraiment pas m'en empêcher ... et je crois bien que je vais encore trouver autre chose !
  • Contact

Recherche

20 août 2010 5 20 /08 /août /2010 10:26

Une fois n'est pas coutume, je vous propose de faire une promenade virtuelle sur un blog qui allie un humour décapant à une création artistique très originale :

 

Tartie,Pâtologue

 

N'hésitez pas à aller voir comment nos hommes politiques qui le valent bien peuvent se faire petafiner, comme on dit chez nous ! Ca vaut le détour !

Repost 0
16 mai 2010 7 16 /05 /mai /2010 21:05

 

Je ne sais pas comment ça c'est passé dans le reste de la France mais je peux vous assurer que chez moi, les saints de glace, ça marche du tonnerre !!!

 

Jusqu'à hier et pendant toute la semaine : froid de canard, vent, pluie à la limite de la neige parfois... Tout ça à cause d'un nuage de poussière ! On est peu de chose...

 

Rendez-vous à l'automne pour voir si ça marche à tous les coups !

Repost 0
10 mai 2010 1 10 /05 /mai /2010 15:03

Ils arrivent, les voilà ... les saints de glace !

 

A partir de demain, nous entrons pendant 3 ou 4 jour dans la période la plus terrible de l'année !

 

Les jardiniers et autres cultivateurs auront les yeux rivés avec angoisse sur le thermomètre afin de controler la baisse des température observée en cette période depuis des siècles par les anciens...baisse qui, si elle va jusqu'au gel, peut être fatale aux bourgeons et jeunes pousses.

 

Mais qui sont-ils, ces sombres apôtres ?

 

Saint Mamert, fêté le 11 mai, remplacé par sainte ESTELLE.
Archevêque de Vienne en Gaule, mort en 474, a institué les Rogations, qui signifient prières de demande liturgique. Il ordonna 3 jours de prières contre les calamités, juste avant l’Ascension.
Saint Pancrace, fêté le 12 mai, remplacé par saint ACHILLE.
Neveu de Saint-Denis martyr, mort en 304 à l'âge de 14 ans. C'est le patron des enfants.
Saint Servais , fêté le 13 mai, remplacé par sainte ROLANDE
Servais, évêque de Tongres en Belgique (mort en 384), aurait subi le martyre à Milan avec son frère Portaux. Il fut le premier à disparaître du calendrier, remplacé en 1811 par saint Onésime et aujourd'hui par sainte Rolande. (Saint Gervais est souvent cité en lieu et place de Saint Servais).

Aux trois premiers saints, certains rajoutent également saint Boniface (14 mai).

 

 

Il ne s'agit peut-être que d'une légende rurale, mais il n'en reste pas moins que certains astrophysiciens auraient  observé un phénomène astronomique coïncidant à cette période des 12 ou du 13 mai de chaque année, où  la terre  traverse un nuage de poussières extrêmement diffus dans le système solaire.

Pendant quelques heures, la poussière fait très légèrement obstacle aux rayonnements solaires.

La diminution de leur intensité est inobservable à l'oeil nu, mais suffisante pour influencer les délicats mécanismes de la météorologie de notre globe.

La Terre traverse à nouveau ce nuage de poussière six mois plus tard, le 11 novembre.

 

 

 

Repost 0
31 mars 2010 3 31 /03 /mars /2010 22:50

Sujet vaste et passionnant, dont on parle tous les jours, et pour lequel on arrive toujours à avoir un peu raison quoi qu’on en dise... (c’est d’ailleurs pour ça qu’on en parle…)

 

Il s'agit pourtant d'une science bien spécifique sur laquelle certain se penchent avec passion. C'est le cas de mon ami Vautour qui, lors d'une discussion sur la toile, a déclaré :

 

« ...Ce n'est pas parce que l'hiver s'annonce à peu prés fini que nous en avons fini avec le vrai froid.....

Avec un ISO 0 qui aura bien du mal à remonter au dessus des 2800 mètres, une grosse partie de l'été et même de la neige prévu entre 1800 et 2000 entre le 10 juillet et le 25 août.... Nous ne sommes sortis de rien.... Et surtout pas d'un automne 2010 qui s'annonce encore plus frais...... En bref une année 2010 à oublier pour les grands fans de chaleur et soleil...

Alors !!! Où faudra-t-il être cet été pour l'eau chaude et les plages ensoleillées ?...Et bien, au sud et surtout il faudra traverser un peu d'eau ou alors s'enquiller l'Italie... Mais bon, les plages du sud est auront leurs belles couleurs ...
Le sud-ouest devrait être pas mal aussi, enfin au travers des orages qui s'annoncent réguliers et nombreux. Mais  surtout pas en Bretagne, sauf si vous aimez l'eau froide et revigorante ainsi que les parapluies... »

 

Le temps de me remettre de ces mauvaises nouvelles -oui, j'aime le soleil et la chaleur- j'ai posé la question qui me brûlait les lèvres :

 

- Mais pourkoaaaaaa tant de haine ????

 

Et voilà la réponse :

 

« Pour répondre à cette question ce serait des pages à remplir, alors je vais essayer d'être succinct et explicite :

 

1)Les fluctuations solaires

Nous sommes depuis trois ans dans un flux de rayonnement hypo actif avec des taches solaires allant diminuant : 3 en 2006, 2 en 2007 et 0 en 2008. L'année 2009 a été extrêmement avare aussi puisqu’ une seule tache solaire a été observée.

Pour exemple :

L'année 2003 considérée comme la plus chaude depuis 1780, les taches solaires ont été au nombre de 9.

Comme vous pouvez le constater, il faut quelque temps pour que l'on aperçoive quelque chose qui fasse changer notre vision climatique.

Les taches solaires quoiqu’en dise le GIEC sont responsables à 65 % de notre climat.

2)Nino et Nina

Le front el nino très actif entre 1998 et 2007 a eu une forte tendance à la diminution, réduisant d'un coup son attraction sur notre hémisphère. Par contre, il a enveloppé l'hémisphère sud qui eux n'ont jamais eu aussi chaud depuis environ 1 siècle.

La Nina est relativement faible elle aussi et son coefficient n'a pas permis aux eaux arctiques de se réchauffer en remontant haut le Gulf Stream.

3)L'action humaine.

Si nous n'étions pas pollueurs, nous aurions pu considérer que l'hiver 2009-2010 aurait encore plus froid que 62-63 de bien triste mémoire.


Conclusion :

Nous ne sommes pas dans une période glaciaire, mais bel et bien dnas une décennie fraîche avec certainement le point culminant à venir soit pour 2010/2011 ou 11/12, à voir. Les principes solaires s'ils sont respectés font apparaître des périodes chaudes de 12 à 27 ans alternées avec des périodes froides de 11 à 12 années.

La décennie 80 fut relativement fraîche avec un point culminant entre 84 et 87. Donc faites vos calculs !!! »

 

Toutes ces précisions passionnantes valaient bien un article… Cela permettra à ceux qui ne savent pas quoi faire d’envisager un trafic d’anoraks et de laines polaires !

 Quand à ceux qui grelotteront sous leur tente cet été, au moins, ils sauront pourquoi…

 Merci Vautour !

 

Repost 0
21 décembre 2008 7 21 /12 /décembre /2008 12:26



Je n'ai jamais vraiment parlé de mon métier dans ce blog mais aujourd'hui, c'est un jour différent : je vais vous expliquer comment il est possible de faire une manifestation virtuelle, toute aussi efficace (c'est à dire pas beaucoup) qu'une manif où l'on défile avec banderoles et slogans acérés (poil au nez).

Je suis conseillère à l'emploi à l'ANPE. J'accompagne les demandeurs d'emploi dans leur réinsertion et leur projet professionnel, et je fais en sorte de mettre tous les outils à leur disposition et ma connaissance du marché du travail local pour qu'ils retrouvent un emploi le plus rapidement possible.

J'y suis rentrée par hasard et j'y suis en contrat à durée déterminée depuis bientôt deux ans. Par contre, c'est quand je me suis retrouvée immergée dans cette fonction que je me suis dit : "Bécassine ! (c'est moi), pourquoi n'y as-tu pas songé plus tôt ???".

Oui, c'est un métier que j'aime et que je fais avec plaisir même s'il n'est pas toujours facile (je n'ai jamais dit que j'aimais la facilité).

Pourtant j'ai comme les autres râlé sur le service public pendant des années et je dois avouer avoir moi aussi considéré tous les guichetiers de la poste, des impôts ou d'autres structures comme des traine-savates et des feignasses pendant de nombreuses années où j'ai exercé dans le privé ou même à mon compte.

Mais j'ai compris pas mal de chose en entrant dans cette établissement. Loin de moi l'idée de dire que tout y est parfait, c'est loin d'être le cas. La structure est lourde, poussiéreuse et les procédures parfois écrasantes. De même, il y a parfois du personnel incompétent... ainsi que certains dragons directement échappés de la Terre du Milieu.

Il y a aussi des personnes très compétentes, humaines et opérationelles.

C'est parfois un vrai défi (et j'aime les défis) de faire du bon boulot en tenant compte de toutes ces données, de toutes ces entraves qui sont autant de freins à l'efficacité et au professionnalisme. Mais c'est quand on est plongé dedans qu'on se rend compte que ces procédures indigestes sont à juste titre légitimées par les quantités effarantes de personnes qu'il faut gérer. Et il n'est pas possible de traiter tout le monde équitablement (ce qui est une données prioritaire) sans faire rentrer les gens dans des petites (ou grosses) cases, ce qui fini forcement par entrainer une gestion qui parait inhumaine où chaque personne semble être un pion.

 

Ceci dit, il n'est pas impossible même dans cette environnement, de s'occuper des personnes de façon bienveillante  et respectueuse , tout en étant rigoureux… d'où l'interet d'avoir une personne au bout du fil, et pas un répondeur.
Et contrairement à ce qui est dit parfois, la profession bénéficiant d'une très mauvaise image auprès du public (beaucoup de choses ont changé ces dernières années mais les réputations restent), je ne prends aucun plaisir lors d'une radiation  que j'évite au maximum et que je considère comme un échec. Je tiens à ce que les demandeurs d'emploi que j'accompagne sortent de mon portefeuille pour la principale raison qu'ils ont trouvé le travail qui leur correspond. Ainsi, je suis à leur disposition autant que cela est possible (et parfois même le week end sur ma boite mail pro) tant que ce but n'est pas atteint.

Bien sur il y a les petits malins qui essaient de gruger le système, mais ceux là sont vite identifiés et s'il n'est pas inutile de recadrer les choses parfois de façon énergique, quelques discours clairs et bien placés font que les choses rentrent en général dans l'ordre. J'ai pour cela un franc-parler tout a fait  percutant et certain ont pu constater que je n'avais pas peur des mots.

Il n'est, bien entendu, pas acceptable que certains profitent de l'argent public réservé à ceux qui en ont besoin de façon vitale.


Mon éthique personelle, auquel je tiens beaucoup,  n'est donc absolument pas mis à mal par l'exercice de cet emploi, et je dirais même au contraire, car cela me permet d'être utile. Je précise de plus que je ne reconnais rien de mon quotidien dans tout ce qu'on voit dans les reportages télévisés à ce sujet, qui s'appuient plutôt sur des légendes urbaines et sur des cas isolés montés en épingles pour faire de l'audimat.

 

Autant dire que je suis loin d'être opposée à toute action qui pourrait simplifier et améliorer le système et le rendre plus efficace, d'autant plus que la période est loin d'être faste au niveau de l'emploi.

 

Donc la fusion ASSEDIC/ANPE, pourquoi pas ? Et je suis prête à me retourner les manches pour que ça marche, surtout si le bénéfice en est pour les chômeurs.

 

Mais je doute…


Surtout au regard des conditions dans lesquelles cela se passe...

 

Il est bien évident que la fusion de deux usines à gaz telles que l'ASSEDIC et l'ANPE nécessite forcement une organisation particulièrement rigoureuse AVANT  la création officielle du nouvel organisme… mais il semblerait que les têtes pensantes n'aient pas vu les choses comme ça.

Ferais-je du mauvais esprit en disant qu'on a tout de même l'impression qu'il était question de créer le nouvel opérateur (nommé Pôle Emploi, pour ceux qui ne suivent pas) pour pouvoir affirmer que cela a été fait, montrer que le dossier avance et satisfaire l'opinion publique… alors que pour l'instant qu'il ne s'agit que d'une coquille vide, tout restant à organiser en interne.

 

Je suis peut-être exigeante par rapport à l'ampleur de la tâche que je reconnais comme gigantesque, et je n'envie pas ceux qui ont la responsabilité de la mener  à bien, mais à ce moment là, il fallait prendre le temps de faire les choses correctement, autant pour les salariés que pour les demandeurs d'emploi qui vont forcement faire les frais de la désorganisation inévitable dès le mois de janvier 2009.

 

Mais Pôle Emploi est quand même né dans la précipitation ce vendredi 19 décembre 2009, décision entérinée par le premier conseil d'administration.

 

C'est suite à cela qu'un véritable tsunami de mails des agents de toute la France est venu inonder les messageries professionnelles ANPE et saturer les boites des 30 000 salariés de l'ANPE.

Le plus drôle est que cela a été possible grâce à un mail du Délégué Général de la nouvelle instance qui s'adressait à tous les agents du territoire, et dont la liste de diffusion a été reprise par les agents pour s'exprimer auprès de tous leurs collègues, chacun envoyant 30 000 mails, en un clic sur "répondre à tous".


 


 

Mieux que les éternelles pétitions que l'on trouve sur le net, il s'agit d'une véritable manifestation virtuelle qui continue encore à l'heure où j'écris ces lignes. J'ai reçu à ce jour près de 1 000 mails dans ma boite pro, et ce n'est visiblement pas fini. Si vous comptez bien, 1000 messages à 30 000 destinataires, cela fait 30 000 000... Le pouvoir de communication d'internet me fascine !!!


Certains sont cependant mécontents de voir leur boite mail surchargée et je dois avouer que j'ai passé un certain temps à la rendre praticable également, mais ce n'est pas bien grave, juste un petit effort pour un petit spectacle...


Il va sans dire que cela risque également de ne pas plaire aux instances dirigeantes mais ils se rendront compte peut-être plus tard que la réussite du projet passe aussi par l'expression de ceux qui vont mettre en application le programme, et que le silence, s'il est confortable, peut cacher un grand chaos qui fini toujours par s'échapper avec une vigueur proportionelle à la durée où il a été contenu.



Je dois avouer que je suis loin d'être syndicaliste (même si je ne remets pas en cause l'utile existence des syndicats) et le coté puérile et inutile des manifestations me laisse souvent dubitative. 

Mais je trouve cet élan virtuel particulièrement sympathique, la messagerie interne se transformant comme par miracle en forum géant avec des coups de gueule, des jeux, et même des trolls !

 

Encore un miracle du net, qui ne finira jamais de m'étonner !

 

 

Vu le peu d'infos relayé par les médias au sujet, de la fusion ANPE/ASSEDIC, curieusement, vous trouverez  plus de renseignements  sur le lien suivant :

 

 

Et pour ceux qui pensent encore que le conseiller ANPE est un monstre au coeur de pierre qui dévore les demandeurs d'emploi, vous trouverez ci-dessous quelques citations d'agents tirées des millions de mails qui circulent en ce moment sur l'intranet de l'ANPE. 

J'espère que les auteurs ne m'en voudront pas de les citer sans leur demander leur avis, mais vu la diffusion massive, leurs paroles sont maintenant passées dans le domaine public...

 

 

"Quel plaisir de voir tant de mobilisation dans ce bordel magnifique

Résistons, et bloquons la machine, avec des mails avec le refus de trafiquer les chiffres"

 


 

"Nous venons de fêter les 60 ans de la déclaration universelle des droits de l'homme, et dans celle ci, il est stipulé que chacun a le droit de choisir son emploi.......nous sommes qui pour imposer......Moi je ne suis pas rentrée à l'agence pour ça."

 



"Bonjour à tous


ce qui se passe est intéressant et IMPORTANT car cela montre à quel point il y a un malaise et cela permet à ceux qui se sentent isolé de constater que le malaise est le même partout, les inquiétudes grandissantes et d'exprimer des angoisses.

Pour ceux qui pensent qu'il ne s'agit que d'une expression de râleurs syndicalistes il y erreur...

Le changement peut avoir du bon quand il s'avère positif mais à l'heure actuelle que peut on retirer de positif dans ce qu'il se passe, il suffit de se remettre à la place d'usager de service public pour se rendre compte que la qualité attendue n'est pas la et que le compte n'y est plus.....

J'ai aussi travaillé dans le privé et je ne tenais pas à voir ressurgir certaines pratiques insidieuses même si je reconnais qu'il était nécessaire de "dépoussiérer" notre institution.

Psychologue de formation, comme bon nombre de collègues que je salue au passage, ce que j'observe m'inquiète au niveau des réactions que l'on peut commencer à avoir vis à vis de ceux que nous sommes chargés d'aider à se sortir de la m**** dans laquelle ils ne se sont pas mis.....

 

En conclusion :

A une très grande majorité, les gens font ce qu'on leur demande de faire sans tenir compte de la nature de l'acte prescrit et sans être réfrénés par leur conscience dès lors que l'ordre leur paraît émaner d'une autorité légitime.

 

Peut être pas chez nous..........  "

 


 

"cela fait 40 ans que les conseillers ANPE s'autoculpabilisent parce que nous avons un travail nous et pas le public que l on reçoit. et alors??? sous ce prétexte devrions nous tout accepter??? baisser la tête et ne jamais rien dire???

 

je te rappelle que si on bon nombre de conseillers sont opposes a la fusion c est parce que justement ca va être catastrophique pour les demandeurs d emploi "

 


 

"L irrespect c est cette fusion,

L irrespect, c'est la manière dont se comporte la direction envers le personnel

L'irrespect, c est le matraquage sur les demandeurs d emploi

L'irrespect c est d avoir laissé l'anpe mourir sans un mot

L'irrespect, c est le dénie du travail des conseillers de l anpe depuis 40 ans  "

 

 


"Cher Père Fusion,

 

J'ai été très sage cette année. J'ai bien fait tout mon travail. Et pourtant cela a été très difficile, car la tâche fût de plus en plus lourde.

Pour Noël, j'aimerais que tu m'écoutes. J'aimerais que tu viennes voir tes enfants sur le terrain. Je sais, il fait froid. Mais fais cet effort.

Je voudrais pouvoir encore, comme je le fais depuis 17 ans, remplir mon rôle dans un service PUBLIC, avec un statut PUBLIC, pour AIDER VRAIMENT les gens, sans passer mon temps à regarder les chiffres.

Ce serait aussi gentil de ta part, de ne pas me payer 300 euros nets de MOINS que ma collègue ex-assedic qui travaille avec moi tout les jours (depuis 17 ans également) et donc de prévoir une petite augmentation.

Voilà Père Fusion. J'espère que tu liras ma lettre, et feras tout pour réaliser mes vœux.

Mais déjà, MERCI, pour ce cadeau avant l'heure. Pour tous ces merveilleux MAILS CADEAUX que j'ai reçu, grâce à toi, de tous mes collègues.

Je me sentais bien seule, je ne le suis plus.

Bon courage Père Fusion, couvre toi bien, car le vent se lève."

 

 


"Mon défi : conserver un service PUBLIC de l'EMPLOI

Et si UN EMPLOI POUR TOUS n'est pas possible,... des conditions de

vie (et non pas de survie) pour chacun.  "




 

Repost 0
28 juillet 2008 1 28 /07 /juillet /2008 19:41

    Issu du monde diplomatique, cet article de Hervé Kempf a titillé mon neurone. Il y explique que la dégradation de notre planete pourrait être en corrélation avec la crise sociale dans le monde, chaque classe sociale assayant d'imiter celle qui est supérieure à la sienne, et entrainant ainsi par ricochet des comportements gaspilleurs et destructeurs pour l'environnement.




"Comment les riches détruisent le monde

Et si la dégradation de l’environnement était intimement liée à la crise sociale dans le monde ? En effet, ceux qui détiennent les leviers politiques et financiers sont aussi les promoteurs d’un modèle de consommation à outrance, dévastateur pour la planète... mais imité par les couches moyennes. Que ceux du haut de l’échelle misent sur la décroissance, et l’effet d’entraînement est assuré... La préservation de la terre passe par plus d’égalité."




    Je passerai sur la définition du péril écologique dans lequel nous vivons, car ce n'est pas ce qui m'a interpellé le plus dans cet article. C'est une question sur laquelle je suis très partagée, mais on y reviendra peut-être un jour.
    Hervé Kempf utilise dans son article les études de l'économiste Thorstein Veblen qui a travaillé principalement sur la psychologie de la consommation au début du vingtième siècle.



"Pourquoi cela est-il un moteur de la crise écologique ? Pour le comprendre, il nous faut nous tourner vers le grand économiste Thorstein Veblen, dont la pensée était rangée par Raymond Aron au même niveau que celles de Carl von Clausewitz ou d’Alexis de Tocqueville. Bien oubliée aujourd’hui, elle n’en présente pas moins une saisissante pertinence.

Résumons-la à l’extrême. Que disait Veblen ? Que la tendance à rivaliser est inhérente à la nature humaine. Chacun d’entre nous a une propension à se comparer aux autres, et cherche à manifester par tel ou tel trait extérieur une petite supériorité, une différence symbolique par rapport aux personnes avec lesquelles il vit. Veblen ne prétendait pas que la nature humaine se réduit à ce trait, il ne le jugeait pas d’un point de vue moral, il le constatait. S’appuyant sur les nombreux témoignages des ethnographes de son époque, il constatait aussi que cette forme de rivalité symbolique s’observe dans toutes les sociétés.

De surcroît, poursuivait-il, toutes les sociétés produisent assez aisément la richesse nécessaire pour satisfaire leurs besoins de nourriture, de logement, d’éducation des enfants, de convivialité, etc. Pourtant, elles produisent généralement une quantité de richesses bien supérieure à la satisfaction de ces besoins. Pourquoi ? Parce qu’il s’agit de permettre à leurs membres de se distinguer les uns des autres.

Veblen constatait ensuite qu’existent le plus souvent plusieurs classes au sein de la société. Chacune d’entre elles est régie par le principe de la rivalité ostentatoire. Et, dans chaque classe, les individus prennent comme modèle le comportement en vigueur dans la couche sociale supérieure, qui montre ce qu’il est bien, ce qu’il est chic de faire. La couche sociale imitée prend elle-même exemple sur celle qui est située au-dessus d’elle dans l’échelle de la fortune. Cette imitation se reproduit de bas en haut, si bien que la classe située au sommet définit le modèle culturel général de ce qui est prestigieux, de ce qui en impose aux autres.

Que se passe-t-il dans une société très inégalitaire ? Elle génère un gaspillage énorme, parce que la dilapidation matérielle de l’oligarchie – elle-même en proie à la compétition ostentatoire – sert d’exemple à toute la société. Chacun à son niveau, dans la limite de ses revenus, cherche à acquérir les biens et les signes les plus valorisés. Médias, publicité, films, feuilletons, magazines « people » sont les outils de diffusion du modèle culturel dominant.

Comment alors l’oligarchie bloque-t-elle les évolutions nécessaires pour prévenir l’aggravation de la crise écologique ? Directement, bien sûr, par les puissants leviers – politiques, économiques et médiatiques – dont elle dispose et dont elle use afin de maintenir ses privilèges. Mais aussi indirectement, et c’est d’une importance équivalente, par ce modèle culturel de consommation qui imprègne toute la société et en définit la normalité.

Nous rebouclons maintenant avec l’écologie. Prévenir l’aggravation de la crise écologique, et même commencer à restaurer l’environnement, est dans le principe assez simple : il faut que l’humanité réduise son impact sur la biosphère. Y parvenir est également en principe assez simple : cela signifie réduire nos prélèvements de minerais, de bois, d’eau, d’or, de pétrole, etc., et réduire nos rejets de gaz à effet de serre, de déchets chimiques, de matières radioactives, d’emballages, etc. Ce qui signifie réduire la consommation matérielle globale de nos sociétés. Une telle réduction constitue le levier essentiel pour changer la donne écologique."




    Hervé Kempf nous affirme ensuite que c'est des pays développés que doit venir l'impulsion d'une nouvelle consommation, ce qui n'est pas une surprise, mais aussi que "C’est à l’ensemble des classes moyennes occidentales que doit être proposée la réduction de la consommation matérielle".


    Et j'en entends déjà qui pensent que c'est toujours au même de faire des efforts pendant que les autres se la coulent douce.
Mais ceci a été aussi prévu (trop fort, ce Kempf) :




"On voit ici que la question de l’inégalité est centrale : les classes moyennes n’accepteront pas d’aller dans la direction d’une moindre consommation matérielle si perdure la situation actuelle d’inégalité, si le changement nécessaire n’est pas équitablement adopté. Recréer le sentiment de solidarité essentiel pour parvenir à cette réorientation radicale de notre culture suppose évidemment que soit entrepris un resserrement rigoureux des inégalités – ce qui, par ailleurs, transformerait le modèle culturel existant"



    La fin de l'article explique comment le fait de "favoriser le lien social plutôt que la satisfaction individuelle" peut être une solution.

    Je dirais en conclusion que ce cheminement d'idée est très intéressant, mais fini un peu en queue de sardine bio, et de façon un peu utopiste ... sans doute trop pour que l'on puisse se permettre de s'arrêter là.



    La possession est un instinct chez l'homme tout comme l'envie de ce qu'a le voisin. Du temps de Monsieur Sapiens, c'était une question de survie que de posséder (des réserves de graines ou de racines, des peaux de bêtes, des outils, un abri…). Et de voir que la tribu voisine avait plus de provision et allait peut être réussir à passer l'hiver sans perdre la moitié de ses membres, ça pouvait agacer.

    Vous imaginez bien qu'on ne se débarrasse pas comme ça d'un instinct qui nous a permis d'arriver jusque là.

    Mais en ce temps là, la solidarité était aussi une question de survie, car il valait mieux se retrouver à plusieurs face à un mammouth, si on voulait finir par le bouloter plutôt que de nourrir les charognards.
Et ça aussi, c'est un sacré instinct...

    Pour ma part, il me semble que cette solidarité peut être la clé d'une évolution plus harmonieuse de la société, mais pas seulement la solidarité sociale telle qu'on peut la concevoir actuellement, où on attend tout de nos hautes sphères politiques (et on s'étonne d'être déçu à la fin…) sans se préoccuper de ceux que l'on croise tous les jours, mais aussi celle de l'entraide quotidienne, de l'empathie et de l'ouverture vers les autres.

    C'est avant tout une implication individuelle dans l'humain qui sera le moteur car le statisme de la société n'a jamais pu résister aux mouvements qui venaient du plus profond des individus.
Quand à la proposition de réduction de la consommation que Kempf nous fait, je la trouve assez risquée si on considère le fait que tous les rouages de notre société repose sur cette consommation. Le lien est vite fait : consommer moins, produire moins, avoir moins de salariés, moins de cotisations sociales, moins de possibilités de redistribuer, etc...

    Et il n'est plus à prouver que c'est en général dans la difficulté sociale que chacun pense le plus à sa pomme.

    Donc plutôt que de "consommer moins pour répartir mieux", je crois qu'il faut commencer par consommer mieux, plus intelligemment et de façon moins influençable. Le reste suivra...



    Et puis, si à terme, ça peut faire du bien à la planète, hein, on va pas cracher dessus, ça va salir  !


Repost 0
27 juillet 2008 7 27 /07 /juillet /2008 22:35

    Je n'avais pas l'intention, au départ, de parler de société, politique, actualité dans ce blog.


    Pas que cela ne m'intéresse pas, au contraire, mais plutôt parce que j'étais partie sur une optique plus créative et personnelle où le copiécollé, indispensable à la retranscription d'information qui lancent les débats,  n'avait pas trop sa place.

    De plus, ce type de blog où l'on expose ses opinions sont légion, surtout en ces temps politiquement troublés, et que cela est si peu original que c'est une vague sur laquelle je n'étais pas tentée de surfer. A force de voir des citations pro-pif ou anti-pouf, détournées et sorties de leur contextes à tour de bras pour mieux influencer le lecteur innocent (ou idiot), ça ne met pas en appétit, ni même envie de préparer la cuisine…

    Sans oublier que je n'avais pas forcement le souhait de provoquer les remous que cela invite immanquablement à chaque fois que l'on s'approche d'un sujet à controverse.

 

 


    Pourtant, je tombe très souvent au fil de mes déambulations électroniques sur des choses qui m'interpellent vraiment; parfois parce qu'elles me révoltent, parfois parce que je les approuve, et parfois parce que je ne sais pas trop quoi en penser, justement.

    C'est justement cette dernière catégorie qui m'intéresse, car ayant cultivé le "zéro héros" avec succès depuis longtemps maintenant, j'ai souvent tendance à voir et apprécier les différentes facettes d'une même situation, et parfois même les argumentations contraires qui en définitives se complètent souvent bien.

    Ceci a tout de même l'effet pervers de me fermer définitivement les portes du militantisme, qu'il soit d'un coté ou de l'autre. Ne me plaignez pas, je ne m'en porte pas plus mal…

    Mais je me demande si ce n'est pas aussi pour ça que j'ai des écailles qui poussent et des poils qui se hérissent à la simple idée du sectarisme quel qu'il soit… et que j'ai décidé de ne pas me soigner…

 

 


    Donc comme il n'y a que les imbéciles qui ne changent pas d'avis et que je n'avais pas non plus l'intention de raconter des blagues à deux balles, j'ouvre donc cette nouvelle rubrique…

    Mais attention, ici, c'est chez moi et c'est à ma sauce que cela va être accommodé.

    Vous aurez donc le plaisir (cache ta joie, lecteur...) de tomber de temps en temps sur quelques articles sur des idées qui circulent, des polémiques, des reportages, des réactions, etc.

    Concernant l'aspect pratique qui est important, surtout quand on n'a pas l'envie ou le temps de lire des successions de tartines indigestes, je vous éviterai tant que possible les citations à ralonge, afin de selectionner l'essentiel du sujet et d'y entrer   par la porte de la synthèse. Vous aurez les liens pour creuser les sujets si cela vous chante.

   


    Mais bien entendu, votre avis m'intéresse et je vous invite à l'exprimer. Et bien entendu aussi, il faudra rester poli, hein !

    Vous aurez compris que l'idée de faire une quelconque propagande ne m'a pas effleurée un instant, et je ne souhaite pas non plus entretenir un support pour cela.

    D'autant plus que ce n'est pas forcement la modération que je choisirai en guise de réponse aux éventuels excès, mais peut être bien le retour de boomerang, pour lequel je commence à avoir une expérience confirmée…

    Qu'on se le dise…

 


Repost 0