Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Pour Me Joindre...

  • : Capture de regard
  • Capture de regard
  • : Des photos parce que j'aime ça, des commentaires intempestifs, parce que je ne peux vraiment pas m'en empêcher ... et je crois bien que je vais encore trouver autre chose !
  • Contact

Recherche

7 juillet 2014 1 07 /07 /juillet /2014 22:41

Quand un petit village comme Villeneuve-de-Marc, qui résiste encore et toujours à l'envahisseur, fête ses 850 ans d'existence, voilà ce que ça donne, une escapade dans un autre temps...


 

villeneuve-de-marc-6-copie-1.jpg

 

 

 

villeneuve-de-marc-1.jpg

 

 

 

villeneuve-de-marc-4.jpg

 

 

 

villeneuve-de-marc-5.jpg

 

 

 

villeneuve-de-marc-3.jpg

 

 

 

villeneuve-de-marc-2.jpg

 

 

Pas facile d'échapper aux anachronismes… j’essaie d’éviter en général (quand c'est possible) mais celui là a un peu de charme...

 


Repost 0
5 juillet 2014 6 05 /07 /juillet /2014 21:51

Aller voir une exposition à la Grange Dimière (Le Pin, 38), c'est toujours un vrai bonheur : La cadre bucolique, la majesté du batiment, l'âme des vieilles pierres qui veillent sur les créations artistiques exposées...

 

Jusqu'à début juin, la Grange Dimière accueillait les oeuvres de Marjo Van Der Lee : Créations tout azimut

 

 

marjo-van-der-lee-4.jpg

 

 

marjo-van-der-lee-5.jpg

 

Les scuptures en grès de Marjo Van Der Lee offrent une belle simplicité dans les attitudes et les postures, mais chaque mouvement est empreint d'émotion et d'humanité.

 

Quand aux expressions des personnages, elles sont d'une parfaite évidence... c'est même un peu étrange de voir tant d'éloquence dans ces visages si schématiques... Une belle réussite !

 

marjo-van-der-lee-1.jpg

 

 

marjo-van-der-lee-3.jpg

 

 

marjo-van-der-lee-2.jpg

 

 

Repost 0
10 décembre 2013 2 10 /12 /décembre /2013 19:38

 

 

Petite ballade en ville ...

 

bourgoin 8 decembre 2013 1

 

 

 

La place Carnot :

 

bourgoin-8-decembre-2013-2-copie-1.jpg

 

 

 

Le spectacle pyrotechnique :

 

bourgoin-8-decembre-2013-3.jpg

 

 

bourgoin-8-decembre-2013-4.jpg

 

 

 

et le clou du spectacle : une langue de feu qui s'abat au pied de la foule...Waouw !

 

bourgoin 8 decembre 2013 5

 

Repost 0
11 décembre 2012 2 11 /12 /décembre /2012 21:58

 

Lorsqu'on est un peu doryphore * (voir la définition, ça va vous plaire) et qu'on est allé conquérir des terres pas trop lointaines, on a un petit attachement à la fête du 8 décembre, qui a vu son origine dans la ville de Lyon en 1643, ravagée par la peste depuis une centaine d'année.

Le maire de la ville, en désespoir de cause face à la perte de la moitié de la population, décida de s'en remettre à la vierge Marie et promis d'aller : "toutes les fêtes de la nativité de Notre Dame qui est le huitième jour de septembre, sans robe, néanmoins avec leurs habits habituels, en la chapelle de Fourvière pour ouïr la messe, y faire les prières et les dévotions à la dite Vierge et lui offrir en forme d’hommage et reconnaissance, la quantité de sept livres de cire blanche en cierges et flambeaux et un écu d’or au soleil... et ce pour la disposer à recevoir en sa protection particulière la ville de Lyon..."
extrait du livre de Louis Jacquemin, Histoire des églises de Lyon.


L'épidémie de peste s'étant arrêtée cette année là, il fallait honorer ses promesses. Cependant, la fête de la nativité en septembre ayant à l'origine été troublée par des intempéries exceptionnelles, elle fut reportée 2 mois plus tard. C'est cette date qui a perdurée au travers des siècles. 

 

Ce jour là, Lyon offre un spectacle magnifique quelque soit le coin de rue où on se promene... mais il se trouve qu'on est jamais bien seul à se promener puis que cette fête unique attire les touristes du monde entier qui constituent une foule tellement dense qu'il est difficie de profiter du spectacle.

 

Ayant quitté Lyon il y a une vingtaine d'année, j'avais eu l'occasion d'y retourner pour le 8 décembre, mais ce petit périple m'avais laissé un peu perplexe comme je l'avais écrit il y a quelques années : la fête des lumi-haine


Donc cette année, j'ai mis comme d'habitude mes bougies à la fenêtre, et je suis simplement allée faire un tour dans ma petite ville de Bourgoin Jallieu, pour découvrir ce qu'il y avait à voir. Et j'ai été agréablement surprise par la qualité du spectacle présenté par la troupe "Les lutins réfractaires", qui avait pour thème les 4 éléments. C'etait un peu moins grandiose, mais après tout, pas besoin d'aller loin pour en profiter.

De plus, comme il n'y avait pas tant de monde que ça, j'ai pu prendre quelques photos, ce qui à Lyon avait été très difficiles, malgré tout ce qu'il y avait à voir...

 

* Doryphore : se dit d'un lyonnais qui, tel cette bestiole nuisible dévorant les patates, envahi les campagnes avoisinantes afin de s'y installer et manger le pain des autochtones. Cette définition m'ayant été donnée textuellement par un autochtone véritable, elle ne peut qu'être vraie !

 

bourgoin-8-decembre-2012-1.jpg


bourgoin-8-decembre-2012-2.jpg

 

bourgoin-8-decembre-2012-3.jpg

 

bourgoin-8-decembre-2012-4.jpg

 

bourgoin-8-decembre-2012-5.jpg

 

bourgoin-8-decembre-2012-6.jpg

 

bourgoin-8-decembre-2012-7.jpg

 

bourgoin-8-decembre-2012-8.jpg

 

bourgoin-8-decembre-2012-9.jpg

bourgoin-8-decembre-2012-10.jpg

bourgoin-8-decembre-2012-11.jpg

 

bourgoin-8-decembre-2012-12.jpg

 

bourgoin-8-decembre-2012-13.jpg

 

bourgoin 8 decembre 2012 14

 


Repost 0
3 juillet 2010 6 03 /07 /juillet /2010 15:39

 

 

motor-show-2.jpg

 

 

motor-show-1.jpg

 

 

motor-show-3.jpg

 

 

motor-show-4.jpg

 

 

motor-show-5.jpg

 

 

motor-show-6.jpg

Repost 0
2 mai 2009 6 02 /05 /mai /2009 22:26



Je me promenais aux alentours du lac de Paladru lorsque  je suis tombée par hasard sur une magnifique exposition de sculpture à la Grange Dimière située sur la commune du Pin en Isère.


Ancienne dépendance du monastère Chartreux de la Sylve Bénite, la grange Dimière date de 1655. Elle servait à recueillir les redevances en nature pour les moines et les récoltes.

 

Du premier mai au 21 Juin, vous pourrez y explorer l’univers fantastique de Senyo.





 




Lorsque l'on passe la porte de la grange, on se retrouve subitement transporté dans un univers d’ombres et de lumières douces, où apparaissent entre les poutres énormes des créatures fantastiques et décalées, ensorcelantes d’expressions.


Les sculptures semblent parfois inachevées mais on sent bien que ce que la volonté de l’artiste a laissé en suspend est également un  aboutissement.






 







Senyo joue avec la matière, de façon figurative ou complètement abstraite, parfois même dans le même sujet.

Mais il a aussi la caractéristique d’utiliser des matériaux naturels comme le bois, mais aussi les ossements d’animaux qui appuient sur la vision hyperréaliste de ses créations, à mi chemin entre l’humain et l’animal.






 






Lorsque je suis passée, avec mes enfants (non, ils n'ont pas fait de cauchemars),  à travers cette exposition (à travers est le mot juste tant on a l’impression d’avoir pénétré un autre monde en entrant dans cette grange), Senyo était là et nous a gentiment expliqué quelques bases de son inspiration et de son travail.

 













Mon fils ainé a réagit au quart de tour lorsque Senyo a parlé du « squelette » d’une de ses sculptures. Il a été un peu rassuré (à peine, en fait) quand Senyo a précisé qu’il s’agissait, bien sûr, d’une simple armature métallique, et non pas d’ossements humain cachés sous le modelage.




 







Je vous conseille vivement de faire un petit détour par cette exposition. Pour ma part, il ne me reste plus qu’à négocier âprement mes photos avec ma fille qui veut s’en servir d’avatar pour son role-play. Par contre, pour mes garçons qui regardent maintenant l’os de leur côtelette d’un air louche, je ne sais pas encore quoi faire…



 


Pour plus d’infos, vous pouvez consultez ces deux liens :


La Grange Dimière


Le site officiel de Senyo


Repost 0
29 novembre 2008 6 29 /11 /novembre /2008 21:23

Par les Goulus


Frères chevaux, dressons les humains !

La liberté est à ce prix !




"Un homme s'est tellement identifié à son animal qu'il a fini par se prendre lui même pour un cheval.

Il a convoqué tous les chevaux de la région, pour un meeting de choc. Son but : retrouver la liberté et se débarasser du joug des hommes.





La transposition de "La ferme des animaux" de Georges Orwell façon Goulus !

L'histoire d'une révolte, d'une prise de conscience et de pouvoir, mais surtout la facilité à reproduire les mêmes shémas: l'inévitable rapport de domination et de soif de pouvoir.





Par l'intermédiaire des chevaux, c'est l'occasion de porter un regard sur l'homme et ses travers, de manière légère et décalée, voire corrosive."



Vous avez bien vu, ce spectacle où les chevaux étaient sur le dos des humains, se déroulait dans un manège à chevaux, perdu dans la campagne. Dois-je préciser que le batiment était, comme il se doit, ouvert aux 4 vents, et que la température extérieure avoisinait les moins trois degrés ? Oui, car cela peut permettre de comprendre à quel point la distribution de couverture et de soupe fumante  à l'entrée était appréciable.


Je dois cependant avouer que j'aurais bien, en sortant, trempé mes pieds directement dans la marmite de soupe chaude  afin de sentir la vie réintégrer mes orteils tétanisés... mais les organisateurs n'ont pas voulu.


Certaines petites pouliches ont cependant trouvé une solution pour se réchauffer : aller faire un petit galop d'essai au milieu du manège, sous les yeux ébahis du public.

Que ceux qui reconnaissent cette jeune femme blonde en plein mouvement chevalin se lèvent pour l'applaudir, car elle a réalisé avec brio une prestation hippique digne des meilleurs pur sangs!







Le reste de la représentation était emmené par des marionettes sur le même thème, qui effectuaient de façon très british quelques prestations fort drôles...












... où nous avons pu compatir aux efforts de Maurice pour s'accorder aux figures imposées.
















Des interludes equestres, avec de vrais chevaux ce coup-ci, bien dressés, entamaient et cloturaient la représentation.









Très joli spectacle atypique, que je recommande, si possible en été, ou alors  avec la combinaison, les après-skis et les cache-oreilles !




Repost 0